Views
1 year ago

Qualité Références n°62

  • Text
  • Gestion
  • Certification
  • Entreprises
  • Processus
  • Ainsi
  • Marque
  • Norme
  • Groupe
  • Faire
  • Projet
Nos entreprises plébiscitent l’efficacité énergétique

GESTION DE LA QUALITÉ

GESTION DE LA QUALITÉ L’année de la certification L’ouverture à l’international Avec la nomination d’un nouveau directeur et une acquisition majeure, Socotec Certification aura franchi un cap déterminant pour ses développements à venir. Bruno Labarre revient sur cette année charnière. Quels ont été les faits marquants de l’année écoulée pour votre organisme ? L’année 2013 a été marquée par une acquisition majeure dans l’activité certification de SOCOTEC. En effet, Certification International a rejoint notre Groupe, apportant ainsi une dimension internationale à notre activité et aux prestations que nous pouvons proposer à nos clients. D’origine britannique et spécialisé dans la certification de systèmes de management, Certification International développe son activité en Europe et en Asie à partir de 6 filiales (Royaume Uni, Japon, Singapour, Philippines, Chine et Inde), et d’un réseau d’agents dans de nombreux autres pays. Quels sont aujourd’hui pour vous les secteurs d’activité les plus demandeurs et les plus actifs en matière de management de la performance qualité ? Et quelles certifications sont actuellement les plus demandés? Entreprises industrielles ou de services, privées ou publiques, toutes sont demandeuses de certification, quels que soient leur taille et leur secteur d’activité. Chez SOCOTEC Certification, la filière bâtiment et les collectivités publiques sont particulièrement bien représentées compte tenu des autres activités et de l’ancrage local du groupe SOCOTEC. A l’image du marché, nous recevons une majorité de demandes pour les référentiels ISO 9001 et ISO 14001. Si la croissance des référentiels sectoriels reste discrète, on assiste néanmoins à une montée en puissance des « démarches croisées » : multi-référentiels, multi-sites, multinationales… Quels freins et au contraire quels soutiens rencontre la mise en place ou la réorganisation des systèmes de management ? Certifier son organisation, c’est un moyen de valoriser son image de marque tout en gagnant en performance et en efficacité, notamment commerciale : la certification des systèmes de management est de plus en plus appréciée des grands donneurs d’ordre privés ou publics. En outre, c’est un gage de confiance de l’éco-système pour l’ensemble des parties intéressées : clients, fournisseurs, actionnaires, usagers….. Pour toutes ces raisons, c’est une démarche adaptée à l’environnement économique actuel. Etes-vous favorable à la révision de la norme ISO 9001 et, selon vous, que peut-on en attendre ? La norme ISO 9001 doit bien évidemment évoluer et s’adapter à un environnement de plus en plus mouvant. La nouvelle version attendue en 2015 devrait permettre à des entreprises certifiées depuis de nombreuses années de redynamiser des systèmes de management de la qualité (SMQ) à la recherche d’un nouveau souffle et d’accroître l’attractivité de la démarche de certification pour des nouveaux entrants. Pourriez-vous citer et décrire quelques exemples de vos interventions dans l’année écoulée ? L’arrivée de Certification International dans le groupe SOCOTEC a permis de remporter le marché des audits internes ISO 14001 auprès du groupe Accor, pour le réseau mondial des 450 Novotel et Suite Novotel. Pour illustrer notre pôle d’expertise dans le secteur public, on peut citer la certification du SMQ de l’Institut Polytechnique de Toulouse ou celle de la division de l’information aéronautique de la direction de la circulation aérienne militaire. La filière construction, domaine d’intervention historique du groupe SOCO- TEC est également bien représentée. SOCOTEC Certification a ainsi certifié le système de management de l’environnement de BMA (Bordeaux Métropole Aménagement) qui aménage les grands sites urbains de l’agglomération bordelaise, et y construit des équipements publics et privés. Quelles sont vos projections pour l’année à venir ? Nous comptons tirer parti de notre ouverture sur l’international sans jamais perdre de vue les attentes et les besoins de tous nos clients. Dans les années à venir, nous cultiverons notre flexibilité et notre créativité pour leur assurer, quelles que soient leur taille et leur activité, un service réactif et performant. Propos recueillis par Jean-François Romain Bruno Labarre QUALITÉ RÉFÉRENCES FÉVRIER 2014 PAGE 40

GESTION DE LA QUALITÉ L’année de la certification Un avantage concurrentiel durable La qualité est un vecteur différenciant très fort dans des secteurs de pointe très concurrentiels, explique Edouard Kiener, Directeur technique et responsable des opérations d’Intertek Certifiaction France. Quels ont été les faits marquants de l’année écoulée pour votre organisme ? Edouard Kiener. L’année 2013 a été pour nous l’occasion de développer notre offre de services et d’accroître ainsi notre champ d’action au-delà de nos prévisions initiales. D’une part, nous avons confirmé notre engagement sur des projets tels que les audits concernant les produits phytopharmaceutiques en obtenant notre accréditation EN 45011 pour la certification produit. D’autre part, notre structure a revu son organisation afin d’intégrer les prestations d’audit seconde partie telles que les audits sociaux, fournisseurs ou encore les audits de responsabilité sociétale. En toute logique, ces nouvelles activités nous ont permis de faire croître nos effectifs et ont fait de 2013 une année de renforcement de notre position stratégique sur nos différents marchés. Quels sont aujourd’hui pour vous les secteurs d’activité les plus actifs en matière de management de la performance qualité ? Ed. Kiener. Nous constatons un regain d’intérêt pour les systèmes de management dans plusieurs secteurs clés de notre économie, en particulier, au niveau du secteur cosmétique, aéronautique, agricole et agroalimentaire. Plusieurs facteurs expliquent ce dynamisme dont la volonté des entreprises de renforcer leur compétitivité économique et d’améliorer leurs positionnements sur un marché vis-à-vis de leurs concurrents. Pour atteindre ces objectifs, un nombre important d’entreprises se tournent aujourd’hui davantage vers des standards sectoriels plus adaptés à leurs besoins (FSSC 22000 dans l’agroalimentaire ou encore AS/ EN 9100 dans l’aéronautique). De plus, l’évolution du cadre règlementaire a eu pour conséquence d’amener les sociétés à rechercher des solutions pour démontrer leur niveau de conformité et la maîtrise de leurs performances qualité. La mise en place d’un système de management est alors apparue comme une solution évidente dans certains secteurs, comme en cosmétique avec la mise en application du Règlement Cosmétique CE N°1223/2009 et la certification ISO 22716 relatif aux Bonnes Pratiques de Fabrication. Quels types de démarches et certifications sont actuellement les plus demandés ? Ed. Kiener. L’attrait pour des nouveaux standards a permis d’apporter une nouvelle dynamique au sein de notre organisation. En ce sens, plusieurs de nos clients ont renforcé leur niveau de demande pour les audits de leurs fournisseurs en matière sociale. Dans ce domaine, nous sommes en mesure de leur proposer des interventions dans le monde entier sur la base d’un cahier des charges personnalisé et évolutif croisant plusieurs domaines de compétences : qualité process, responsabilité sociétale, sécurité, etc. De nouveaux acteurs se sont également tournés vers nos services pour atteindre les exigences de conformité fixées par le plan Ecophyto 2018. Parallèlement, nous continuons d’enregistrer un volume significatif de demandes sur des certifications incontournables comme l’ISO 9001, ISO 14001 ou OHSAS 18001. Quels freins et au contraire quels soutiens rencontrent la mise en place ou la réorganisation des systèmes de management ? Ed. Kiener. Les systèmes de management sont bien sûr toujours très tributaires de la bonne santé financière ainsi que du temps allouable à ces démarches par une entreprise. Pourtant, le choix de s’orienter, de conserver ou de faire évoluer une certification existante permet de renforcer et donc de pérenniser la position stratégique d’une organisation dans la majorité des cas. De ce fait, nous restons donc au plus proche de nos clients afin d’aboutir avec eux à des solutions concrètes et opérationnelles leur correspondant le mieux possible. Par ailleurs, la spécialisation des standards sur des secteurs spécifiques répond de mieux en mieux aux attentes des entreprises. C’est pourquoi Intertek Certification France s’est tourné dès l’origine vers ces référentiels pour apporter des solutions aux entreprises et à nos clients. Selon vous, que peut-on en attendre la révision de la norme ISO 9001? Ed. Kiener. Nous espérons que cette révision apportera de nouvelles perspectives pour les entreprises. Si la satisfaction client reste au cœur de la norme, nous attendons l’intégration d’une approche analyse risque et de nouveaux concepts tels que les « parties intéressées ». Nous savons qu’un projet de norme internationale (DIS) est attendue pour avril prochain, cependant, il nous faudra en encore patienter jusqu’en 2015 pour connaître l’ensemble des spécificités de cette nouvelle version. Que pourra-t-on retenir de vos interventions dans l’année écoulée et pouvez-vous évoquer vos projets pour l’année à venir ? Ed. Kiener. L’année 2013 nous a permis de conforter notre position auprès de grands noms des secteurs de l’énergie, des transports, de la cosmétique ou encore de l’agroalimentaire. Ces partenariats ont notamment permis la réalisation de prestations sur des standards spécialisés (ISO 22716 ou encore audit social) ou plus généralement sur des certifications qualité, sécurité et environnement. Nous allons continuer à mettre notre savoir-faire au service des entreprises et à leur apporter des solutions concrètes aux problématiques qu’elles rencontrent. De plus, nous poursuivons notre engagement dans le développement de référentiels spécifiques (ISO 50001, ferroviaire) afin d’élargir notre offre auprès de nos clients existants. Enfin, nous continuerons sur notre dynamique pour concrétiser l’approche que nous avons eue cette année avec des grandes entreprises internationales. Propos recueillis par J.-F. Romain QUALITÉ RÉFÉRENCES FÉVRIER 2014 PAGE 41

Qualité Références - Découvrez la revue en version digitale

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.qualite-references.com