Views
4 years ago

Qualité Références n°73

  • Text
  • Formation
  • Efqm
  • Entreprises
  • Durable
  • Formations
  • Organismes
  • Permet
  • Outils
  • Certification
  • Pratiques
Le point sur le marché de la formation suite à la réforme

MANAGEMENT DE LA

MANAGEMENT DE LA PERFORMANCE DÉVELOPPEMENT DURABLE suivantes. Par ailleurs, l’entreprise doit avoir un fort ancrage dans le territoire. Pour les salariés, ce label représente une bonne reconnaissance. Oëko-Tex standard 100 est délivré à la suite de tests sur les matières premières ou les produits finis en général par des organismes accrédités comme l’Institut Français du Textile et de l’Habillement. Ces tests garantissent l’absence de matières pouvant porter atteinte à la santé des personnes et à l’environnement. Ils vont au-delà du règlement Reach. De plus, je contrôle la conformité sociale et environnementale des fournisseurs et sous-traitants, en partenariat avec le cabinet international PricewaterhouseCoopers (PwC) qui ne connaissait pas le secteur du textile et dispose d’une méthode rigoureuse d’audit. Autre activité : évaluer la politique RSE de l’entreprise par des ONG, des organismes de certification et des clients. Enfin, je réalise une veille technologique et règlementaire sur la gestion des produits en fin de vie et structurer les filières de recyclage, valorisation et réemploi… G.G : La première raison est liée au secteur dans lequel on évolue qui est totalement mondialisé et particulièrement sensible sur le plan de l’environnement, de la santé mais aussi sur le plan de l’éthique et du respect des conditions de travail. Quant à la deuxième raison, elle est liée à « la pression positive du marché ». Les clients évoluent : ils attendent des marques des garanties sur la façon dont sont fabriqués les vêtements. Enfin, la dernière raison : c’est la volonté des dirigeants d’anticiper les évolutions plutôt que de les subir et de transformer ce qui pouvait apparaitre comme une contrainte en une opportunité. La direction générale de l’entreprise a vu tout de suite une opportunité pour fidéliser nos clients et encadrer notre développement sur de nouveaux marchés de vêtements professionnels. « La direction générale de l’entreprise a vu tout de suite une opportunité pour fidéliser nos clients et encadrer notre développement sur de nouveaux marchés de vêtements professionnels. » Q.R. : Quelles sont vos actions de développement durable ? G.G : La stratégie RSE repose sur des engagements forts et intangibles : préserver la qualité de l’emploi en France, garantir à nos clients des produits et des services de qualité, promouvoir des modes de production qui respectent l’environnement et la santé et contribuer au développement économique et culturel de notre territoire. La politique Développement durable de l’entreprise s’appuie également sur des règles de comportement strictes : les respects des règlementations applicables et des droits fondamentaux du travail, l’éthique et la transparence des décisions et la reconnaissance des attentes des parties prenantes. Q.R. : Comment votre groupe s’organise-t-il pour réaliser cette démarche de développement durable ? ©Samuel BIGOT/ANDIA Armor Lux est labellisé Entreprise du Patrimoine Vivant. Q.R. : Pourquoi votre société met-elle en place une démarche de développement durable ? G.G : La politique développement durable est placée sous la responsabilité directe de la direction générale de l’entreprise. Ce cadre s’appuie sur les fonctions supports : Qualité/Environnement, RH/Hygiène Sécurité, Achats/Sourcing, Communication/Marketing et Finances/ Contrôle de gestion. La holding Armor Développement organise une à deux revues de direction par an sur le thème du Développement durable. Ces revues de direction sont basées notamment sur la revue des indicateurs de responsabilité sociétale de l’entreprise, le point sur les actions décidées lors des précédentes revues et la définition du plan de progrès et les objectifs fixés aux acteurs clefs de l’entreprise. Armor Développement a défini 27 indicateurs cohérents avec les engagements de l’entreprise et les principes de responsabilité sociétale associés. Ils se répartissent de la façon suivante : 11 indicateurs sociaux (taux de fréquence et de gravité d’accidents du travail, la parité homme-femme chez les cadres, taux de seniors et d’handicapés…), 5 indicateurs environnementaux (part de coton biologique et équitable dans l’achat des matières premières, taux de teinture) et 11 indicateurs économiques (performance économique, évaluation des fournisseurs, satisfaction des clients). 18 IQUALITÉ RÉFÉRENCES • N°73 • Juillet-Août-Septembre 2017

LE DÉVELOPPEMENT DURABLE AU SERVICE DE LA PERFORMANCE DE L’ENTREPRISE – ARMOR LUX MANAGEMENT DE LA PERFORMANCE Armor Lux préserve la qualité de l’emploi en France. ©Samuel BIGOT/ANDIA Certains salariés ont été consultés pour la définition des indicateurs. Q.R. : Comment le développement durable est-il perçu dans votre groupe ? G.G : La démarche est bien perçue pour plusieurs raisons. Elle est au centre de notre stratégie, pas à côté, mais au milieu. Elle est aussi portée par la direction générale qui a une vision très pragmatique des choses : je dis souvent qu’une des clefs de la réussite repose sur le fait que nous n’avons pas de direction développement durable et que tout le monde joue ce rôle dans l’entreprise. Elle repose sur des valeurs et des engagements appréciés de nos clients et partagés de nos salariés. « La démarche de développement durable est un vrai levier de performance. » Q.R. : Quels sont les bénéfices d’une démarche de développement durable ? G.G : La démarche est un vrai levier de performance : on sait très bien aujourd’hui qu’on a remporté des marchés publics ou éviter d’en perdre grâce à nos engagements RSE. C’est donc plus un investissement qu’un coût. Cette démarche structurante fédère plus qu’elle ne divise. Enfin, elle s’inscrit dans la durée avec une vraie volonté de progresser : le recyclage des vêtements usagés deviendra un vrai marché dans les années à venir. Q.R. : Quels sont les facteurs clés de succès pour rendre effectives ces transformations ? G.G : Ils figurent au cœur des activités de l’entreprise. Elles exigent l’engagement de la Direction Générale, l’adhésion des salariés et l’investissement plus qu’un coût. Q.R. : Comment votre entreprise peut-elle mesurer les conséquences de sa politique de développement durable sur sa performance financière ? G.G : Il est impossible de le mesurer de façon précise. Pour autant, nous avons des indicateurs financiers qui nous permettent de mesurer les progrès accomplis : taux de fournisseurs audités RSE, poids des fournisseurs audités dans le budget achats… Pour autant, il existe des études qui tendent à prouver que la RSE permet d’améliorer la performance d’une entreprise. L’Etude France Stratégie 2016 montre un écart de performance économique d’environ 13 % en moyenne entre les entreprises qui mettent en place des pratiques RSE et celles qui ne le font pas. Ces écarts de performance moyenne varient selon les dimensions observées : ils s’échelonnent de 5 % pour la relation client à 20 % pour la dimension « ressources humaines ». Les sociétés qui mettent en place des pratiques RSE semblent ainsi concilier management responsable (envers les clients et fournisseurs, envers les salariés), respect de l’environnement et exigence de compétitivité. Q.R. : Comment fédérez-vous au sein de l’entreprise ? G.G : Nous associons tout le monde en évitant de confondre ambition et objectif, en inscrivant la démarche dans la durée et en mettant en place des actions qui permettent à tout le monde de s’approprier la démarche : Plan de Déplacement Entreprise, recyclage des vêtements… Q.R. : Comment l’évaluation RSE s’est-elle déroulée avec AFNOR certification ? G.G : L’évaluation RSE s’est très bien passée parce que nous avons contourné le principal écueil de ce type de démarche : éviter de considérer l’évaluation comme une sanction mais plutôt comme une opportunité de valoriser son travail au quotidien et d’identifier des pistes de progrès pour les années à venir. Propos recueillis par Valérie Brenugat QUALITÉ RÉFÉRENCES • N°73 • Juillet-Août-Septembre 2017 I19

Qualité Références - Découvrez la revue en version digitale

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.qualite-references.com