Views
4 years ago

Qualité Références n°73

  • Text
  • Formation
  • Efqm
  • Entreprises
  • Durable
  • Formations
  • Organismes
  • Permet
  • Outils
  • Certification
  • Pratiques
Le point sur le marché de la formation suite à la réforme

DOSSIER Centre Inffo Les

DOSSIER Centre Inffo Les ateliers de l’université d’hiver de la formation professionnelle en 2016 Q.R. : Comment les formations évoluent-elles pour s’adapter à cette réforme ? L.L. : Il y a une évolution importante du côté de la certification. Les fonds fléchant les formations certifiantes et il y a un mouvement important dans ce sens de la part d’un nombre important d’organismes qui essaient de rendre leurs formations certifiantes aux titres du RNCP 4 ou d’inventaire (titres correspondant à un ensemble de compétences transversales reconnues). Q.R. : Quelles sont les conséquences sur les demandes des salariés et des entreprises ? L.L. : Les formations les plus demandées au titre de la formation sont les permis de conduire. Mais il y a une dominante des formations en langue et liées à la transformation numérique. Mais on observe 4 Répertoire national des certifications professionnelles. une hausse de la formation très courte et à distance (conférences). Maintenant les gens se déplacent moins et il n’y a pas un objectif métier très important. Q.R. : Pourquoi les entreprises ont-elles intérêt à choisir des programmes certifiants ? L.L. : Il y a 2 intérêts. La première raison : la formation est prise en charge parce qu’elles sont réputées avec des protocoles d’évaluation réguliers. Seconde raison : les formations débouchent sur la reconnaissance. Q.R. : Les organismes de formation peuvent-ils accompagner ces entreprises dans leur démarche ? L.L. : Ce rôle est dévolu à des organismes collecteurs. Par ailleurs, le conseil en évolution professionnelle peut orienter les démarches des salariés. Propos recueillis par Valérie Brenugat Formation diplômante RESPONSABLE QUALITÉ SÉCURITÉ ENVIRONNEMENT ÉLIGIBLE CPF, TOUS SECTEURS D’ACTIVITÉ POUR CE TITRE INSCRIT AU COPANEF OBJECTIFS • Comprendre les enjeux QSE et les promouvoir à tous les niveaux de l’entreprise • Maîtriser la législation relative à la sécurité et l’environnement afin d’en repérer les contraintes et de les faire appliquer dans l’entreprise • Identifier et évaluer les risques et mettre sur pied une politique de prévention adaptée à l’entreprise • Connaître les principaux référentiels QSE afin de construire et piloter leur intégration • Maîtriser les principaux outils QSE et piloter des chantiers d’amélioration CESI entreprises, et vos ambitions prennent forme. CENTRES DE 25FORMATION EN FRANCE, PROCHES DE VOTRE ENTREPRISE Aix-en-Provence - Angoulême - Arras - Brest - Bordeaux - Dijon Grenoble - La Rochelle - Le Mans - Lyon - Montpellier - Nancy - Nantes Nice - Orléans - Nanterre - Paris - Pau - Reims - Rouen - Saint-Nazaire Strasbourg - Toulouse contact@cesi.fr www.cesi-entreprises.fr Nos équipes sont à votre disposition pour vérifier avec vous les conditions et taux de prise en charge de votre OPCA (frais pédagogiques, rémunération du salarié en formation et frais divers). Le CESI : enseignement supérieur et formation professionnelle 5 300 diplômés QSE à ce jour CESI entreprises -mai 2017 CPF : Compte personnel de formation 28 IQUALITÉ RÉFÉRENCES • N°73 • Juillet-Août-Septembre 2017

Marché de la formation suite à la réforme DOSSIER FÉDÉRATION FFP : du bilan aux propositions Jean Wemaëre, président de la Fédération de la Formation Professionnelle et président fondateur du groupe Demos, fait le point sur le marché de la formation après la réforme et propose des nouvelles pistes d’évolution du marché de la formation. Précisions. © DR Jean Wemaëre, président de la FFP sont pas encore prises en compte mais nous faisons pression. Sur les deux dernières années, les formations de 700 000 personnes ont été financées par ce dispositif : ce chiffre reste insuffisant alors qu’avec le DIF, 700 000 individus étaient pris en charge. Cette montée en puissance du CPF perturbe les entreprises et les salariés. D’autant plus que ceux qui ont bénéficié de ce CPF sont pour les deux tiers des demandeurs d’emploi. Cette décision a pénalisé notre activité et a entrainé une baisse du chiffre d’affaires. Qualité Références : Quelles sont les conséquences de la réforme sur le marché de la formation ? Jean Wemaëre : La fin de l’obligation fiscale était une nécessité. On était l’unique pays à avoir cette obligation fiscale. Aujourd’hui, la formation est indispensable. Les grandes entreprises ont déjà compris l’importance de cette réforme mais les petites sociétés avaient l’habitude de cotiser auprès d’organismes collecteurs et de récupérer l’argent qui n’avait pas été utilisé. Elles connaissent encore une phase de latence pour s’adapter. Pour les entreprises moyennes, on avait demandé un impôt crédit formation qui va booster la formation dans l’entreprise. Malheureusement, cette proposition n’a pas été retenue. Les points les plus compliqués : l’abandon du DIF 1 et l’arrivée du CPF 2 . Le DIF était de 20 heures par an et était financé par l’entreprise et le salarié pouvait choisir sa formation. Il est ouvert aux salariés et aux demandeurs d’emploi. Ils peuvent choisir des formations rendues éligibles par les organismes collecteurs. Pour des raisons bureaucratiques, rendre éligibles des formations demandent beaucoup de temps. Donc il y a peu d’actions éligibles et peu de choix pour le salarié. Or les formations éligibles sont des formations métiers longues et les salariés ou demandeurs d’emploi n’ont pas toujours les crédits suffisants pour les suivre. La plupart du temps, les salariés cherchent plutôt des formations dites relationnelles : comment communiquer ou s’exprimer en public, comment gérer un projet ou l’informatique et comment mieux maîtriser le français. Malheureusement, toutes ces formations comportementales ou « soft skills » ne 1 Droit Individuel de Formation. 2 Compte Personnel de Formation. Q.R. : Quelles sont vos revendications pour réformer le marché de la formation ? J.W. : Il faudrait mettre en place un crédit d’impôt formation. Ce serait une reconnaissance du capital humain. Lors du Grand Forum au Conseil Economique et Social, nous avons souligné que quand on le forme, le capital humain est source de la compétitivité et d’employabilité. Il faudrait simplifier le CPF, supprimer l’éligibilité, élargir le financement et fusionner le CIF 3 et le CPF pour collecter 1,6 milliards € par an. Dans notre livre blanc, nous notons que chaque personne peut suivre sa formation dans un organisme à condition qu’il ait un label « Qualité » reconnu par le CNEPOF 4 . Cette remarque a été reprise par Emmanuel Macron. Il souhaite développer l’utilisation du CPF en augmentant le financement et en rendant éligibles toutes les formations. Cela encouragerait la formation en entreprise face aux enjeux de nouvelles compétences, du digital et de la mondialisation et favoriserait l’employabilité. Q.R. : Quelles actions les organismes doivent-ils encore réaliser ? J.W. : Dans la réforme, il y a une mise en place d’un label Qualité et une reconnaissance du prestataire. Une vingtaine de labels ont été validées par le CNEPOF. Quant aux organismes qui n’ont pas été labellisés, ils se sont inscrits dans cette démarche. La formation professionnelle a, dans ses statuts, l’obligation d’être labellisée et qualifiée à travers l’Office Professionnel de Qualification des Organismes 3 Congé Individuel de Formation. 4 Conseil National de l’Emploi, de la Formation et de l’Orientation Professionnelles. QUALITÉ RÉFÉRENCES • N°73 • Juillet-Août-Septembre 2017 I29

Qualité Références - Découvrez la revue en version digitale

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.qualite-references.com